ISSN : 2708-7743 (print), eISSN : 2708-5422
eISSN : 2708-7743 (print) 2708-5422 || REVUE AFRICAINE D'ENVIRONNEMENT ET D'AGRICULTURE - REVUE FRANCOPHONE INTERUNIVERSITAIRE EN LIBRE ACCES - OPEN ACCESS - N° DEPÔT LEGAL JL 3.01807 -57259

A PROPOS

La Revue Africaine d’Environnement et d’Agriculture est placée sous l’autorité scientifique du Comité de Rédaction et sous l’autorité administrative des ASBL CABD (Centre d’Assistance des Communautés de Base pour le Développement Durable), GERADIB (Groupe d’Etudes et de Recherches Agropastorales pour le Développement de Bandundu) et SOFT AFRICA.

Le Comité de rédaction
Utiliser cet identifiant pour citer ou créer un lien vers cet article : http://?pages=article&id=184
Titre :  Déterminants socioéconomiques des pratiques nutritionnelles à risque chez les enfants de 6 à 8 mois à Kinshasa
Auteur(s):  Raoul Mbela Kusumbula*, Raphael Muanza Nzuzi*, Paul Denis Nzita Kikhela
Mots-clés :  Diversification alimentaire, pratiques nutritionnelles, facteurs associés, Kinshasa
Date de publication   2022-07-09 02:10:11
Resumé :  Description du sujet. La diversification alimentaire est une étape cruciale du développement et de la croissance des enfants. Mal conduite, elle expose les enfants à un risque élevé de la malnutrition énergico-protéinique pouvant conduire à la mort. A Kinshasa, cette pratique nutritionnelle est traduite en fréquence non optimale ainsi qu’en qualité inadéquate en termes d’alimentation non variée et de contenu ne respectant pas les quatre groupes d’aliments.
Objectif. L’étude vise à identifier les facteurs susceptibles d’expliquer le comportement nutritionnel des mères chez les enfants de 6 à 8 mois à Kinshasa
Méthodes. Une enquête quantitative transversale a été menée auprès des femmes de 15 à 49 ans dans six quartiers de la ville de Kinshasa. Outre la caractérisation des variables d’identification sociale faite par les méthodes descriptives, une segmentation des variables a été opérée. Celle-ci a permis d’une part de repérer les variables discriminantes des pratiques nutritionnelles et d’autre part d’identifier les groupes des mères à risque.
Résultats. Les résultats de cette étude ont montré que près d’une femme sur deux n’a pas introduit un minimum des repas requis aux enfants à partir de 6 mois et quatre femmes sur dix ont diversifié moins de quatre étoiles d’aliments. Aussi, ces pratiques mettaient en exergue les inégalités socioéconomiques et culturelles des femmes enquêtées. Les données ont révélé que la primiparité, l’âge de la mère, le niveau de vie, la taille du ménage et le milieu de socialisation étaient considérés comme des prédicteurs essentiels.
Conclusion. A l’issus de ces résultats, il se dégage ainsi l’importance d’améliorer les pratiques nutritionnelles par le respect des normes édictées par l’OMS et d’adopter des stratégies endogènes durables qui méritent d’être encouragées par l’éducation nutritionnelle des mères et de leur entourage.
Editeur :  RAFEA
URI:  https://?pages=article&id=184
Document pour cet article:
Fichier Description Taille Format  
ARTICLE-RAFEA OPEN ACCESS 1101 ko Adobe PDF Lire article