ISSN : 2708-7743 (print), eISSN : 2708-5422
eISSN : 2708-7743 (print) 2708-5422 || REVUE AFRICAINE D'ENVIRONNEMENT ET D'AGRICULTURE - REVUE FRANCOPHONE INTERUNIVERSITAIRE EN LIBRE ACCES - OPEN ACCESS - N° DEPÔT LEGAL JL 3.01807 -57259

A PROPOS

La Revue Africaine d’Environnement et d’Agriculture est placée sous l’autorité scientifique du Comité de Rédaction et sous l’autorité administrative des ASBL CABD (Centre d’Assistance des Communautés de Base pour le Développement Durable), GERADIB (Groupe d’Etudes et de Recherches Agropastorales pour le Développement de Bandundu) et SOFT AFRICA.

Le Comité de rédaction
Utiliser cet identifiant pour citer ou créer un lien vers cet article : http://?pages=article&id=186
Titre :  Caractérisation des pratiques culturales de production de l’ananas (Ananas comosus L.) sur l’île d’Idjwi dans la province du Sud-Kivu en République Démocratique du Congo : défis et perspectives
Auteur(s):  Arsene Mushagalusa Balasha, Sage Weremubi Mwisha, Dominique Aganze Mulume, JeanHélène Kitsali Katungo, John Tshomba Kalumbu, Jules Nkulu Mwine Fyama
Mots-clés :  Agriculture familiale, Ananas, itinéraires techniques, contraintes de production, Idjwi.
Date de publication   2022-07-09 02:24:42
Resumé :  Description du sujet. L’ananas est l’une des cultures principales d’intérêt économique pour la population d’Idjwi, à l’est de la République Démocratique du Congo. Cependant, les pratiques de production ainsi que les difficultés des agriculteurs sont peu examinées.
Objectif. L’étude vise à caractériser les pratiques de production de l’ananas afin d’identifier les défis des agriculteurs et leurs perspectives pour le développement de la filière ananas dans le territoire d’Idjwi.
Méthodes. Une enquête quantitative et qualitative a été menée auprès de 150 producteurs d’ananas à Idjwi.
Résultats. Les investigations ont montré que les itinéraires techniques de la culture d’ananas à Idjwi se caractérisent par le défrichage avec brûlis (83,3 %), le labour à plat et l’obtention des rejets pour la production auprès d’autres agriculteurs. Sur une large partie des exploitations visitées (63 %), l’ananas est principalement associé au manioc. Dans les jeunes exploitations (1-2 ans), l’ananas profite indirectement de la matière organique apportée aux cultures associées, mais dans les vielles exploitations, l’ananas est en monoculture sans épandage des fertilisants. Les difficultés des producteurs comprennent, entre autres, les pourritures des fruits (37 %), l’attaque des rats (45 %) et le problème de stockage des fruits récoltés (40 %), ce qui entraine d’importantes pertes économiques.
Conclusion. L’ananas est perçu par les agriculteurs comme une culture de résilience à la dégradation du sol et aux aléas climatiques observés dans la zone étudiée. L’implantation des infrastructures de stockage et d’une unité de transformation de l’ananas sur l’île, peut ajouter une plus-value à la filière et encourager les agriculteurs à élargir et à intensifier leurs productions.
Editeur :  RAFEA
URI:  https://?pages=article&id=186
Document pour cet article:
Fichier Description Taille Format  
ARTICLE-RAFEA OPEN ACCESS 974 ko Adobe PDF Lire article