Étude de la régénération naturelle de cinq espèces semencières dans la Réserve de Biosphère de Luki en République Démocratique du Congo

RESUME

La Réserve de Biosphère de Luki, dernier relique de la forêt dense de Mayombe, est soumise à des pressions croissantes dues aux activités anthropiques. Sa pérennité dépend entre autres, de ses aptitudes à la régénération naturelle. Cette étude a été initiée afin de dresser un portrait de régénération naturelle installée sous le couvert de semenciers de cinq espèces forestières : Piptadeniastrum africanum (Hook.f.) Brenan, Pentaclethra machrophylla Benth., Pentaclethra eetveldeana De Wild. et T. Durand, Entandrophragma angolense (Welw.) C.DC. et Entandrophragma utile (Dawe & Sprague) Sprague. Le suivi de la régénération a été réalisé dans 200 placettes circulaires entre juillet 2015 et juillet 2016. Les paramètres structuraux étudiés comprennent le diamètre à hauteur de poitrine (Dhp), la densité à l’hectare et la surface terrière. Leur variation a été établit à l’aide du modèle linéaire général grâce au logiciel SPSS avec les analyses de variance multivariées (MANOVA). Les résultats obtenus ont révélé une régénération insuffisante sous les semenciers d’Entandrophragma angolense et Entandrophragma utile. Le nombre de tiges à l’hectare de la régénération installée a varié respectivement entre 9 et 14 pour les espèces du genre Entandrophragma. Il a varié entre 1295 et 1390 tiges pour Piptadeniastrum africanum, Pentaclethra machrophylla et Pentaclethra eetveldeana. La même tendance a été observée au niveau de la surface terrière qui a varié entre 0,002 et 0,004 m2/ha pour Entandrophragma angolense et Entandrophragma utile. Les espèces Piptadeniastrum africanum, Pentaclethra machrophylla et Pentaclethra eetveldeana ont présenté des surfaces terrières variant entre 14,8 et 18,5 m2/ha. L’influence du semencier dans la variation de la densité de semis/ha installée et la distance a été observée. Les facteurs écologiques (vents, pluies, pentes, lumière, etc.) et les activités anthropiques contribuent à la limitation de la régénération forestière naturelle sous E. angolense et E. utile.

Mots clés : Semencier, régénération naturelle installée, semis, forêt de Mayombe, Réserve de Biosphère de Luki.

Tolérant K. LUBALEGA, Isabelle ISUNGU, Énoch MUPWALA, Alphonse MABANGA, Damase P. KHASA, Jean-Claude RUEL, Hugo MAYIGU, Emmanuel Matangwa